Démarche

Très tôt, le travail d'Élisabeth Marier porte sur le potentiel évocateur de la matière. Ses sculptures de verre, d'aluminium ou de fibre de carbone témoignent non seulement de cet intérêt, mais aussi de son intention de transmettre la sensation d'un mouvement, dans l'instant du déplacement, à la recherche toujours d'un nouvel équilibre.

Il y a, au fil du temps, une alternance du sens propre au sens figuré: du verre comme matériau à la fois souple et rigide à la mise en situation de ses constructions de vitre comme sujets de métaphores. Son regard porte sur ce que la mémoire retient des images furtives, captant l'instant d'un mouvement, d'une attitude: des états de l'environnement (par exemple l'eau et ses multiples visages) aux états d'âme (l'être, ses multiples émotions). À partir de 1996, la notion de proximité prenant plus d'importance dans sa réflexion, ses sculptures sont souvent de petit format, invitant au contact.

Le récent travail de couleur approche la matière d'une façon similaire, alliant l'intuition et la construction, en quête de l'instant précis où les couleurs et les formes se conjuguent pour évoquer un moment éloquent.